Pages Menu
Categories Menu

Recent From

More

Find us on Google Plus

Twitter

Most recent articles

Ramadan 2020 : la BBC diffuse des prières avec l’approche du mois de jeûne en Islam

Posted by on Avr 5, 2020 in Actualité Internationale |

Avec l’arrivée imminente du mois de ramadan, la chaîne de radio BBC a décidé de partager les ondes avec deslectures islamiques réalisées par un Imam, à partir du vendredi 3 avril. Le mois de jeûne, cette année, débuteradurant des conditions sanitaires particulières, à cause de la propagation de la maladie du Covid-19 au niveau dupays.

Ramadan au confinement

À l’instar de plusieurs pays dans le monde, les mesures de confinement mises en place par le gouvernement auRoyaume-Uni, affecte tous les aspects de la vie quotidienne dont les pratiques religieuses.

Selon le directeur de la BBC England, Chris Burns, plusieurs musulmans ont affirmé que suite au confinement etla décision de fermer les mosquées afin de limiter la propagation de la maladie virale, ils ressentent un vide durantleur quotidien surtout aux moments de prière. Ce sentiment sera amplifié surtout durant le mois de Ramadan 2020,puisqu’ils seront limités à prier à domicile durant les heures de prière de Ramadan 2020.

Prêches islamiques sur les ondes de la BBC

Ces déclarations ont été citées de nouveau au niveau du compte Twiter de Harry Farley, un journaliste de la BBC.En effet, il a assuré qu’avec l’arrivée du mois de ramadan 2020, il serait possible d’écouter au niveau desdifférentes ondes locales de la BBC des prêches islamiques et des chants coraniques, dés le vendredi 3 avril.

Durant toute la durée du confinement, les musulmans ont pu prier la prière du vendredi. Un service qui pourraits’étendre durant le mois de jeûne qui devrait débuter le 23 avril prochain
Durant toute la durée du confinement, les musulmans ont pu prier la prière du vendredi. Un service qui pourraits’étendre durant le mois de jeûne qui devrait débuter le 23 avril prochain

Coronavirus : Emmanuel Macron mobilise les représentants des cultes

Posted by on Mar 26, 2020 in Actualité Internationale |

Le Ramadan 2020, sera-t-il bouleversé par le confinement dû à l’épidémie de coronavirus ?
La guerre contre ‘la Covid-19’ lancée par Emmanuel Macron, le président de la République française, la semaine dernière, se mène sur tous les fronts. Mardi soir, tandis que l’épidémie de coronavirus poursuivait sa propagation à travers le monde, Marcon a tenu une réunion téléphonique avec les représentants de francs-maçons et de l'Église, des associations laïques et des principaux cultes (musulman, protestant, juif, catholique, etc.). L’objectif premier de cette réunion est d’offrir une plate-forme de réflexion et d’échanges sur des sujets de société, dans un climat convivial, et aussi de favoriser une meilleure connaissance mutuelle.
Selon Mohamed Moussaoui, le président du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman), ‘le confinement lié à l’épidémie de coronavirus – apparu en décembre 2019 en Chine – inquiète les musulmans de France (MF), tandis que le Ramadan 2020 doit débuter le jeudi 23 avril’. “On ne pourra pas célébrer notre mois sacré”, lance-t-il.

Le début du mois de Ramadan devrait se faire sans rassemblement…

Depuis le début du confinement (action de se confiner dans un lieu ; fait d’être confiné) la semaine dernière, les rassemblements religieux, cultes protestants et messes catholiques sont strictement interdits. Le chef de l’Etat a également exclu de généraliser la crémation – technique funéraire visant essentiellement à brûler et réduire en cendres le corps d’un être humain mort -, tandis que des rumeurs circulaient en ce sens. Il est important de rappeler qu’il est formellement interdit d’effectuer une crémation dans la religion musulmane. “Les grandes fêtes religieuses ne seront pas vécues comme habituellement”, prévient Emmanuel Macron. Il y a une possibilité de les vivre de façon virtuelle. Les plus hautes autorités religieuses s’accordent sur ce point.

En raison de l’épidémie de Covid-19, la Grande Mosquée, qui accueille jusqu’à 15 000 fidèles pour la prière de vendredi, annonce sa fermeture jusqu’à nouvel ordre pour limiter les risques d’expansion du nouveau virus au sein de la capitale. Le président de la République a pris le jeudi 19 mars la décision de fermer – complètement – tous les lieux de culte (Cathédrale Notre-Dame, Sacré cœur, Église Saint-Sulpice, Grande Mosquée de Paris, etc.), pouvant accueillir près de 3 000 individus, jusqu’à nouvel ordre. Le début du jeûne du mois de Ramadan, mois sacré dans le calendrier musulman, devrait avoir lieu le 23 avril ou le 24 avril 2020. Et si le confinement devrait se prolonger – s’allonger considérablement – au-delà du 23 avril 2020 ? C’est une éventualité (une possibilité) à quoi le chef de l’Etat veut préparer les MF.
Les mesures de confinement sont appelées à durer divers mois. Celles-ci perturberont les grandes fêtes religieuses juives et chrétiennes ainsi que, fort probablement, le début du mois de Ramadan 2020/1441 au cours du mois d’avril. Donc, les célébrations religieuses devront avoir lieu sans rassemblement.

Déploiement de la 5G en France : les conditions imposées par l’Arcep

Posted by on Mar 22, 2020 in Actualité Internationale |

Ce lundi 23 mars 2020, l’Arcep, ou l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, a publié les règles du jeu concernant l’attribution des fréquences 5G aux opérateurs de télécommunications français (à savoir Bouygues Telecom, Free mobile, Paritel, Orange et SFR). Celles-ci étaient attendues depuis très, très longtemps.

Ces règles du jeu font l’objet d’une consultation publique jusqu’au 20 juillet. Ce qui permettra au régulateur des télécoms de revoir sa copie, avant de la présenter au gouvernement. Le processus d’attribution pourra, une fois validé par le pouvoir exécutif, débuter à l’automne – à partir du mardi 22 septembre 2020. Le but étant que les acteurs du marché puissent proposer des services 5G dans le courant de l’an prochain.
“Tous les acteurs qui remporteront des fréquences 5G seront ainsi soumis à des obligations. Chaque opérateur devra principalement déployer plus de 10 000 sites en 5G à l’horizon 2023”, précise Soriano Sébastien, le président de l’Arcep. Le gendarme des télécoms annonce que les opérateurs de télécommunications français peuvent dès aujourd’hui lui présenter leurs dossiers pour acquérir des fréquences 5G.

C’est l’heure de la 5G !

La 5G est la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile. Ce réseau du futur est conçu pour répondre à la connectivité de la société moderne et également à la grande croissance des données. Il promet d’améliorer grandement la fiabilité et la qualité de fonctionnement des réseaux et aussi d’améliorer l’expérience de l'utilisateur (EU) en offrant notamment de nouvelles applications et nouveaux services à des débits se mesurant en Gbit.
La 5G sera ainsi l’occasion de faire converger réseaux filaires et hertziens. Elle est l’épine dorsale du développement digital des sociétés. Elle porte une promesse d’amélioration de la qualité de vie des populations.
C’est un véritable saut technologique destiné à développer de nouveaux services utiles pour la planète, la société et l’homme et aussi à répondre à l’explosion des besoins de connectivité.
Selon Houlin Zhao, le président de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), les réseaux 5G devraient normalement commencé à être déployé dès juillet 2020.
“Nous sommes prêts pour le lancement commercial de la 5G – 100 fois plus rapide que la 4G – à partir du printemps 2020”, a affirmé Jean-Philippe Bosnet, le PDG de la société Paritel.

Sébastien Soriano a ajouté : “Début 2021, les grandes villes françaises – dont Paris, Marseille, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, Toulouse et Strasbourg – auront ouvert leurs réseaux à l’ultra haut débit. La transition vers le très haut débit (THD) déjà amorcée va alors se poursuivre et nécessite des investissements considérables en infrastructures.

Municipales 2020 : les sondages des candidats en course à l’hôtel de ville

Posted by on Mar 11, 2020 in Actualité nationale |

Selon Jean-Pierre Mangiapan le candidat en cours à la maire de Villefranche-sur-Mer, Rachida Dati a de forte chance de devenir le prochain maire de Paris.

En effet selon les sondages, la candidate des Républicains est en tete des vote au premier tour des élections municipales dans la capitale française qui aura lieu dimanche prochain.

Le sondage effectué dans la capitale

D’après les sondages, effectués par BVA, Rachida Dati est la candidate favorite pour les municipales de 2020, en enregistrant 25 % des intentions de vote, alors que la maire sortante a enregistré 24 % des intention de vote des électeurs parisiens. Ces sondages ont été publiés le 11 mars dernier juste après le fameux débat qui a réuni les sept candidats en course à la mairie.

La candidate Agnés Buzyn, de la République en Marche, qui est entrée en campagne depuis trois semaines suite à la démission de Benjamin Griveaux, maintien la troisième place en enregistrant 19 %.

Néanmoins, la candidate de la République en Marche devance l’écologiste, David Belliard 12 % ainsi que Cédric Vilani, l’ex-LaREM, qui a enregistré selon le sondage BVA 7 %. Enfin, on retrouve Serge Federbusch, le candidat qui est soutenu par le rassemblement national, ainsi que Danielle Simonet en enregistrant 4 %.

Le bilan de Anne Hidalgo

D’après l’étude menée par BVA et publié par orange et Europe 1, plus de 58 % des enquêtes estiment que le bilan de Anne Hidalgo, la maire sortante est pas satisfaisant, alors que 36 % trouvent que son bilan n’est pas satisfait du tout. Alors que prés de 40 % estiment que le bilan de la maire est assez satisfaisant contre 10 % qui le trouve très satisfaisant.

Selon cette étude, les transports publics, la sécurité et la propreté sont les trois grandes priorités pour les parisiens.

Malgré la propagation de la maladie du coronavirus, prés de 57 % des sondés ont affirmé qu’ils iront voter ce dimanche 15 mars pour le premier tour, alors qu’en 2004, moins de 56 % ont pu voter aux municipales.

D’autres sondages

Selon la même étude, c’est plutôt Jean-Pierre Mangiapan, qui est le grand favori des villefranchois pour les élections municipales. Enfant de la commune, les villefranchois estiment qu’il est le plus compétent pour résoudre les vrais problèmes de la commune, surtout avec le bilan négatif du maire sortant Christophe Trojani.

Bientôt le centre ville de Villefranche-sur-Mer, sera morte

Posted by on Mar 5, 2020 in Actualité nationale |

La commue de Villefranche-sur-Mer, sa citadelle, sa rade et ses nombreux commerces qui baissent un à un leur rideau. Malgré cette dure réalité économique de la commune, le maire Christophe Trojani est en guerre avec les commerçants.

Le retrait des commerçants du centre ville de Villefranche-sur- Mer annonce la mort de la cité

Villefranche-sur-Mer, constituée de 5 000 habitants, fait partie ces dernières années du cercle des villes records par rapport au nombre des commerçants.

Toutefois, selon le conseiller de l’opposition et enfant de Villefranche, , le centre- ville de la commune commence à se vider de jour en jour à cause des nombreux commerçants qui ont baissé leurs rideaux.

En effet, en se promenant dans la vielle-ville de Villefranche, que ce soit les touristes ou les habitants sont forcés de constater le nombre assez élevé de boutiques vides affichant des pancartes de « locaux disponibles », « à vendre » ou « Bail à céder ».

Constituant autrefois une célèbre artère commerçante du centre ville de la commune, la rue du Poilu, est désormais constituée de nombreuses vitrines vides ainsi que des boutiques recouvertes de papier blanc. Plusieurs villefranchois mettent en cause plusieurs facteurs tels que la concurrence déloyale des nombreux centres commerciaux situés dans la périphérie, mais ils pointent surtout le doigt sur la politique de la municipalité et du maire Christophe Trojani qui a délaissé l’attractivité touristique en compliquant les accès en obligeant les passant de payer systématiquement afin de stationner. Le maire reste inactif aux départs des commerçants.

Le centre-ville est dans un sale pétrin

D’après Jean-Pierre Mangiapan, le candidat aux municipales sous la liste « J’aime Villefranche », l’annonce de la fermeture de la très célèbre boulangerie au niveau de la rue du Poilu a provoqué le désarroi de plusieurs villefranchois. Malgré la signature d’une pétition envoyée au maire, pour que ce dernier trouve une issue favorable au maintien de ce type d’activité au niveau de la rue du Poilu, le maire sortant a refusé cette requête.