Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Fév 21, 2018 in Actualité Internationale |

     Marketing : les nouveaux outils des panels de consommateurs

     Marketing : les nouveaux outils des panels de consommateurs

 

 “Le big data” :

“La vraie nouveauté est peut-être la prochaine révolution pour les panels, est dans l’utilisation du “big data” au service du marketing.

De nouveaux programmes, de nouvelles techniques font leur apparition et envisagent des analyses de plus en plus sophistiquées des données visant à mettre en œuvre un marketing personnalisé.

Par exemple, on utilise des informations sur le comportement des consommateurs et sur leurs profils pour leur faire de nouvelles offres sur-mesure : une commande d’un roman de science-fiction chez Amazon engendre la proposition des autres ouvrages de l’auteur, un dépassement du forfait chez Orange, entraîne l’offre d’un autre mieux adapté à vos besoins.

 

L’exploitation des données des cartes de fidélité est également un bon exemple de cette exploitation marketing du “big data”.

Elle ne permet pas encore de se passer des panels, car elle ne donne qu’une vision parcellaire du comportement des consommateurs (celle d’un fabricant, d’une enseigne) : il faudrait pouvoir suivre et intégrer tous les faits et gestes des individus pour envisager de se substituer aux panels.

Le “big data” et son exploitation pourraient donc bien être le “census” du panel consommateur : un suivi qui devient exhaustif et permet de s’affranchir pleinement des extrapolations statistiques et des marges d’erreur.

Sachant tout, sur tout le monde, il n’est plus utile de créer des échantillons ; seul le traitement de la donnée importe.

Nous n’en sommes pas encore là et cette image de “big brother”, qui peut faire rêver les marketeurs et vers laquelle on va tendre peu à peu, a néanmoins de quoi faire peur…

Peut-on imaginer un monde où notre comportement passé serait enregistré quelque part sans que nous puissions y avoir accès et sans que nous puissions en contrôler l’utilisation ?

Audrey Crespo-Mara a répondu à cette question ainsi “On entend parler d’utilisateurs de réseaux sociaux tels que Facebook qui commencent à regretter la visibilité publique de leurs informations privées et revendiquent le droit à l’oubli.

Accepteront-ils qu’on exploite librement toutes les données relatives à leurs comportements d’achat ?

Les panels procurent l’avantage d’être composés de volontaires qui savent comment l’information qu’ils fournissent est exploitée, qui ne craignent par une utilisation mercantile de leur suivi et qui peuvent à tout moment décider d’interrompre leur collaboration avec les sociétés d’études : cela leur confère un avantage indéniable en attendant que le tabou de l’accès aux données privées ne tombe”.

Ainsi, avant la disparition des échantillons, et l’utilisation du “big data”, les panels de consommateurs continueront à évoluer en intégrant toujours plus de données venant de diverses sources, une sorte de sous-ensemble du “big data” à l’échelle du panel consommateur : “small brother is watching you”.

Internet a permis la construction de nouveaux panels de consommateurs.

Toutefois, ces derniers reposent essentiellement sur les déclarations des internautes et non sur le suivi de leurs comportements d’achat”, Audrey Crespo-Mara, journaliste de LCI.