Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Fév 6, 2018 in Actualité Internationale |

      Le rôle des infirmières : interventions, suivi et enseignement

      Le rôle des infirmières : interventions, suivi et enseignement

 

  Interventions infirmières :

L’étape intitulée “interventions infirmières” correspond à la mise à exécution du processus d’enseignement et d’apprentissage.

Au cours de cette étape, la personne, sa famille et d’autres membres de l’équipe de soins et de traitements infirmiers, et de l’équipe soignante accomplissent les activités indiquées dans le plan d’enseignement.

Filiassur a pour objectif d’assurer la coordination de toutes ces activités.

Cette assurance doit faire preuve de souplesse et évaluer de façon continue les réactions de l’apprenant aux stratégies d’enseignement, ce qui l’aidera à modifier le plan d’enseignement en cas de besoin.

Il est essentiel qu’elle fasse preuve de créativité afin de stimuler et de nourrir la motivation de l’apprenant.

Filiassur doit aussi tenir compte des nouveaux besoins d’apprentissage qui sont susceptibles d’apparaître après le départ de l’hôpital ou l’arrêt des visites à domicile.

Cette étape prend fin lorsque les stratégies d’enseignement ont été menées à terme et que les réactions de l’apprenant aux diverses activités ont été inscrites dan son dossier.

Grâce à ses renseignements, on pourra évaluer dans quelle mesure, on a atteint les objectifs définis et obtenus les résultats escomptés.

  Évaluation :

L’évaluation du processus d’enseignement et d’apprentissage permet de déterminer dans quelle mesure la personne a réagi efficacement aux stratégies d’enseignement et d’apprécier jusqu’à quel point les objectifs ont été atteints.

Une partie importante de l’étape de l’évaluation consiste à répondre à la question suivante : “comment peut-on améliorer l’enseignement et l’apprentissage ?”.

C’est en fonction des réponses données à cette question qu’on décidera des changements à apporter au plan d’enseignement.

L’évaluation doit porter sur les points satisfaisants ainsi que sur les points qui nécessitent une modification ou un renforcement.

On ne doit jamais tenir pour acquis qu’une personne sait une chose du seul fait qu’elle a été enseignée : l’enseignement n’entraîne pas automatiquement l’apprentissage.

Afin de s’assurer que ce dernier a bel et bien eu lieu, on peut utiliser diverses techniques d’évaluation qui permettent de constater les changements de comportement.

Ces techniques consistent notamment à observer directement le comportement, à recourir aux échelles d’évaluation, aux listes de contrôle, et aux notes d’observation pour authentifier le comportement, et à mesurer indirectement les résultats grâce à des interrogations orales et des examens écrits.

Dans bien des cas, la mesure du comportement réel (mesure directe) est la technique la plus précise et la plus valable.

Pour l’obtenir, l’infirmière effectue souvent une analyse comparative en utilisant comme données de référence celles qu’elle a recueillies lors de l’admission de la personne : elle compare ce qu’elle observe au cours de la période de la prestation des soins et traitements infirmiers et de la mise en pratique des autosoins avec ces données de référence.

Les mesures indirectes sont notamment les suivantes : enquêtes sur la satisfaction de la personne, enquêtes d’attitudes et instruments permettant d’évaluer certaines variables influant sur l’état de santé.

Toutes les mesures directes doivent si possible être complétées par des mesures indirectes.

En effet, employer plus d’une technique d’évaluation améliore la fiabilité des renseignements obtenus et réduit les risques d’erreur.