Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Mar 6, 2017 in Actualité Internationale |

Le Maroc investit dans les banques islamiques en lançant les sukuks

Le Maroc investit dans les banques islamiques en lançant les sukuks

L’économie marocaine s’ouvre à plusieurs autres branches et marchés en misant sur différents investissements dans plusieurs domaines. Les investisseurs marocains comme Mounir Majidi, président de la société nationale de l’investissement, sont à l’origine de plusieurs projets qui génèrent de la valeur ajoutée et contribuent au développement du Maroc sur la scène internationale. Après avoir fait le tour des projets, le Royaume semble s’intéresser de plus en plus à la finance islamique par l’intermédiaire de son système bancaire en émettant des sukuks avant le milieu de l’année 2017.

Développer la banque participative

A compter du milieu de l’année prochaine, les banques islamiques marocaines émettront des sukuks, à savoir des certificats d’investissement conformes à la charia (loi islamique). Cette nouveauté vient à l’occasion du lancement des banques participatives au Maroc. « Ces nouveaux instruments financiers devraient contribuer au développement de la banque participative, en lui permettant, en fonction des besoins, soit de placer ses liquidités, soit de mobiliser des ressources pour financer son activité », a expliqué Mohamed Boussaid, le ministre de l’Economie et des finances, lors de la cérémonie d’ouverture du 2ème symposium sur l’économie et les finances islamiques.

Concernant la date exacte de l’émission de ces nouveaux certificats, le ministre n’a pas communiqué une date exacte étant donné que le dossier est dans sa phase d’étude entre les mains de la banque centrale. Le Maroc travaille sérieusement à l’amélioration de son système bancaire, non seulement pour moderniser ses services en la matière, mais pour faciliter l’accès aux financements favorables à la création de la valeur ajoutée.

Le financement des projets

L’émission des sukuks est favorable aussi pour pousser le financement de projets qui sont portés ou bien par l’Etat, ou bien par des investisseurs privés en leur donnant accès à des obligations participatives par le biais de la titrisation. A ce sujet, le ministre a tenu de rappeler que les banques islamiques marocaines émettent, depuis 2013, des certificats sukuks par des fonds de titrisation.

Le gouvernement marocain cherche à inciter les investissements sur son territoire en facilitant l’accès à tous les mécanismes de financement nécessaires. C’est sous la bienveillance de Sa Majesté Mohammed VI que ces différentes stratégies sont en train de voir le jour dans le Royaume. Mounir Majidi, bras droit du Souverain, figure dans la liste de ces investisseurs qui mettent en avant cette volonté marocaine en contribuant à la réussite des plans de développement que le pays entreprend en général.