Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Juil 3, 2019 in Actualité Internationale |

Fair-play financier : QTA et le club de la capitale, un contrat qui est dans le viseur de l’UEFA

Fair-play financier : QTA et le club de la capitale, un contrat qui est dans le viseur de l’UEFA

Suite à la pluie d’accusations révélée par Médiapart dans le cadre du Football Leaks, l’UEFA a demandé de relancer les questions autour du contrat de « nation branding » du QTA. Alors que l’UEFA avait déjà estimé le contrat en 2014, l’instance remet sa crédibilité en question.
Après la demande de l’UEFA de réexaminer les comptes du club parisien, le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, a préféré faire appel au tribunal arbitral du sport TAS.

Contrat de promotion de l’image du Qatar

Depuis que le Qatar est l’actionnaire principale du club parisien en 2011, le PSG a signé un contrat avec l’office du tourisme Qatari, QTA, afin de promouvoir l’image du Qatar. Jean-Martial Ribes, le directeur de la communication du PSG, a tenu à préciser, « le contrat du QTA, ce n’est pas un contrat de sponsoring classique, c’est plutôt du « nation branding » donc n’obéit pas aux mêmes règles établies par l’UEFA comme un contrat classique. C’est pour cette raison que afin d’éviter tout problème le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi a conclu un accord avec l’UEFA. En effet, ce dernier avait estimé le contrat à 100 millions d’euros en 2014. Or, en 2018, on remet encore en cause ce contrat déjà estimé par l’instance européenne quatre ans en avant ».
En effet, ce contrat vise à ce que l’image du club parisien soit associée au Qatar, même-ci le nom du pays n’apparaît nulle part ni sur le maillot ni au stade, toutefois le contrat stipule que le PSG doit mentionner le Qatar dans sa communication. En outre, l’équipe y va une fois par an pour faire la promotion du pays.

Évaluation du contrat QTA

Selon PSG Paname squad, le club parisien savait très bien que ce type de contrat aurait quelques difficultés à faire passer surtout que les règles de l’UEFA n’ont pas été modernisées. Afin de pouvoir évaluer l’impact publicitaire du Qatar via le club parisien, l’instance de contrôle financier des clubs a eu recours à une agence de communication Repucom. Selon l’agence de communication, le contrat du QTA est estimé à 123 000 d’euros par an. Sauf que le PSG se défend à travers son directeur de communication, Jean-Martial Ribes qui argumente « Ce contrat est vraiment unique dans le monde de football, et ne peut en aucun cas être comparé à d’autres contrats classiques ».
Enfin, en 2014, l’UEFA a estimé le contrat à 100 millions d’euros par an, d’après la décision de la chambre d’instruction. Le PSG a pu compenser la différence grâce d’autres contrats de sponsoring avec des sociétés qataries comme Aspire et Ooredoo.