Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Déc 4, 2017 in Actualité nationale |

Ce que vaut le charbonnay

Ce que vaut le charbonnay

La dernière semaine de septembre, 800 kilos de raisin ont été ramassés sur un terril du nord sur l’ancien site minier d’Haillicourt. En effet, depuis 2014, on fait du vin avec des vignes atypiques qui sont plantées dans une pente conçu par les résidus miniers.

Sur les hauteurs d’Haillicourt

Sur les 339 des bassins miniers de hauts de France, seul celui du Haillicourt qui a été convertis en vignoble. Ayant un terrain pauvre et des conditions climatiques parfaite, l’Haillicourt est la terre idéale pour la plantation du Charbonnay. Sur la pente formée de résidus miniers, à 80 mètres d’altitude, 2000 pieds de Charbonnay ont été plantés en 2011.L’appellation « charbonnay » est utiliser pour rappeler les origines minières du cépage. Cette idée insolite de planter des vignes en hauteur d’un terril est celle de deux viticulteurs venus du sud.

Quel arôme offre le charbonnay

Selon le propriétaire et dirigeant de la négoce de vin Raphaël Michel, après avoir dégusté un verre de charbonnay « à l’odorat, on a une odeur qui est net, pur, précis, propre, superbement équilibré sans exubérance alors qu’en bouche, on a des notes de gras. C’est vraiment subtil et complexe au même temps. j’ai l’impression qu’il y a des arômes in peu confits »

En effet, Guillaume Ryckwaert, le dirigeant de Raphaël Michel, créateur de cuvée depuis 1899, a bien précisé que dans chaque vin, on retrouve les parfums typiques du cépage, en plus de la spécificité qui vient du climat où pousse la vigne.

Avec une pente de 80 %, l’ensoleillement des vignes est maximal. En effet, chaque pied est bien ensoleillé puisque, l’Haillicourts est exposé en plein sud, avec un vent très léger diminuant ainsi la contagion des maladies cryptogamiques (Oïdium et Mildiou).

Même-si la récolte du charbonnay est encore modeste, avec une production de juste 800 litres cette année, le charbonnay deviendra peut être un jour l’un des meilleurs vin de France, l’or blanc du Haillicourt.
Avec la nouvelle directive européenne, qui libéralise la culture de la vigne, les propriétaires de ces vignes du terril, espèrent obtenir l’autorisation de commercialiser leur vin en 2018.

Jusque là, seuls les membres de l’association 2bis & Tertous, ont le droit de goûter à la bouteille de charbonnay, en échange d’une cotisation de 45 euros. Si l’autorisation de commercialisation du vin est obtenue, la bouteille du charbonnay sera vendu pour le même prix que la cotisation, offrant ainsi un bon rapport entre la qualité et le prix du vin.

Mais il faut quand même, que la production du raisin augmente pour que l’entreprise devienne rentable, et pour se faire les propriétaires envisagent de coloniser d’autres terrils.