Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Juin 23, 2019 in Actualité nationale |

Qu’est-ce qu’une SOFICA et comment privilégier ce placement ?

Qu’est-ce qu’une SOFICA et comment privilégier ce placement ?

Depuis 1990, l’État subventionne la création cinématographique et audiovisuelle en accordant un avantage fiscal – réduction d’impôt – aux contribuables qui acquièrent des parts de SOFICA. Ces fameuses SOFICA – sociétés de financement de l’audiovisuel et du cinéma – participent au financement d’une centaine de films et de séries chaque année. 35 % de l’actif doit être investi dans des coproductions européennes et 65 % dans des films français.

   La SOFICA reçoit, en contrepartie, une quote-part – part qui revient à chacun dans une répartition – des revenus générés par le film ou la série. Lors de la dissolution de cette dernière, les fonds en sa possession seront redistribués aux souscripteurs.

    Les pouvoirs publics limitent radicalement la commercialisation des sociétés de financement de l’audiovisuel et du cinéma, en allouant une enveloppe de collecte maximale – 80 000 euros en 2018 – chaque année. Et la liste des SOFICA agréées est délivrée par le centre national du cinéma (CNC), après avis du Ministère du Budget. D’ailleurs la liste des entreprises agréées et l’enveloppe pour 2019 viennent tout juste d’être publiées. A Plus Finance Cinéma présente toutes les actualités du cinéma européen et français. Vous pouvez donc trouver la liste des entreprises agréées.

     Un produit de pure défiscalisation !

  L’avantage fiscal accordé est très attractif : les contribuables bénéficient d’une minoration d’impôt d’au moins 43 % de leur revenu net global et de 69 % de leur investissement dans la limite de 23 millions d’euros par foyer. Ce taux pourra être porté à 87 % quand la SOFICA place 15 % au moins de l’actif directement dans des entreprises de coproduction de films. Soit une réduction minimale de 11 millions d’euros. La minoration n’est acquise qu’à condition de conserver les parts – retenues ou effectuées – pendant sept ans au moins.

   De tous les produits de défiscalisation – FIP, FCPI, etc. – ce sont les sociétés de financement de l’audiovisuel et du cinéma qui présentent le profil le moins risqué.

  En premier lieu, la SOFICA participe au financement de 20 à 25 films – par an -, ce qui vient atténuer le risque. Puis, si ces fameuses sociétés n’ont pas le droit d’offrir une garantie en capital – et ce, depuis 2012 -, un dispositif d’adossement limite le risque. Ce dernier permet à l’entreprise de négocier avec le cinéaste – réalisateur de films ou de séries –  une garantie de rachat d’un investissement dans une série ou un film à sa valeur d’origine. Et les financements adossés peuvent représenter – avec certains investissements – jusqu’à 62 % de l’actif. On peut dire que c’est un vrai coussin d’amortissement en cas d’échec d’une série ou d’un film. Ainsi, la quote-part des revenus générés par la série ou le film et reversés à la société de financement de l’audiovisuel et du cinéma sera nettement moins importante. C’est pourquoi, sur les vingt SOFICA agréées en 2019, B Media Export 2001, La BP Image 7 (la Banque Postale) et A Plus Image 7 (fondée par la société A Plus Finance) ont préféré ne bénéficier d’aucun adossement.

Read More

Posted by on Juin 23, 2019 in Actualité nationale |

Envoyé Spécial : les dirigeants du PSG s’expliquent

Envoyé Spécial : les dirigeants du PSG s’expliquent

Suite au reportage de l’émission d’Envoyé Spécial, diffusé le 8 novembre, sur la chaîne France 2, qui laisse entendre que les joueurs du club de la capitale sont payés afin d’aller saluer leurs supporters à la fin de chaque match, les dirigeants du club ont voulu s’expliquer à cette contre-vérité.

« Les joueurs du PSG ne sont pas payés pour saluer leurs supporters »

Diffusée jeudi soir, et abordant les multiples accusations publiées par les Football Leaks, l’émission d’Envoyé Spécial, a laissé entendre que les joueurs du PSG sont payés pour saluer leurs supporters à la fin de chaque match. Le directeur de la communication du PSG, proche conseiller de Nasser Al Khelaïfi, Jean-Martial Ribes, a voulu apporter quelques détails « Cette présentation des faits diffusée par l’émission d’Envoyé spécial est fausse. Saluer les supporters n’est que l’une des règles, d’éthique et de respect des spectateurs que doivent considérer les joueurs. Si le joueur respecte, ces règles, il pourra toucher une prime ». En effet, le président du club, Nasser Al Khelaïfi a ténu a expliquer que la finalité de cette prime est avant tout pédagogique, puisqu’elle permet de rappeler à ceux qui portent le maillot du PSG qu’ils incarnent les valeurs et l’image du club.

Le responsable de la communication du club parisien, Jean-Martial Ribes, a mentionné « Dans le contrat de chaque joueur, sont mentionnées, toutes les règles d’éthique, notamment le fait de veiller à garder un comportement exemplaire que ce soit envers ces partenaires, les arbitres, les adversaires ainsi qu’avec les délégués officiels. Les joueurs sont tenus à garder une discipline exemplaire, en étant ponctuel, et assidu durant tous les entraînements, tout en respectant leurs engagements envers les médias ».

Les primes prélevées sont reversées à une fondation

Selon PSG Paname Squad, Le directeur de la communication rajoute « les joueurs ne respectant pas ces règles, pas comme Neymar qui durant la saison dernière ne s’est déplacé pour applaudir ses supporters que très rarement, mais plutôt comme Serge Aurier et l’affaire du Périscope ou aussi Marco Verrati et sa conduite en état d’ivresse, se font retirer leur prime. Les primes prélevées seront intégralement reversées à une fondation. Ce système de prime d’éthique est adopté par plusieurs clubs français comme le Racing 92 et l’Olympique lyonnais.

Le président de la FIFA confirme le PSG est en règle

Suite aux accusations publiées depuis le 2 novembre dernier par les médias français portant sur Fair-play financier, l’ex-secrétaire général de l’UEFA et actuel président de la FIFA, Gianni Infantino a tenu à préciser, « le PSG n’a rien fait d’illégal ou de contraire aux règlements de l’UEFA ».

Read More

Posted by on Juin 20, 2019 in Actualité nationale |

Où placer votre argent afin de réussir son investissement ?

Où placer votre argent afin de réussir son investissement ?

Placer votre épargne afin de gagner rapidement et facilement plus, implique obligatoirement de faire les bonnes décisions et très souvent de prendre de gros risques. Toutefois, en agissant intelligemment, un investisseur peut fructifier rapidement son placement en investissant dans l’immobilier.

Placement dans l’immobilier

Investir dans la pierre a toujours été l’un des investissements les plus appréciés par les épargnants français. En effet, ce placement qui est en plein essor, plein d’investisseurs en profitent afin de faire plus d’argent. Néanmoins, il faudra s’informer sur comment fonctionne le domaine de l’immobilier, afin de ne pas avoir à faire des placements qui ne vous rapporteront rien.
Certes, un grand nombre d’investisseurs optent de passer par une société de gestion telle que A Plus Finance, afin de réussir leur placement, toutefois ce n’est pas le cas dans l’investissement immobilier. L’avantage d’investir dans l’immobilier est que l’investisseur n’aura pas besoin d’un professionnel ou d’un conseiller pour l’orienter dans son investissement. Pour réussir son placement, il suffit de s’autoformer et de s’armer des compétences nécessaires.
Pour investir dans l’immobilier, il existe deux possibilités, soit d’investir dans le neuf soit d’opter d’investir dans l’ancien. Selon le choix d’investissement immobilier, l’investisseur profitera d’un certain nombre d’avantages.

Investir dans le neuf ou dans le vieux ?

Certes, investir dans un bien neuf permettra d’obtenir plus de réduction fiscale, toutefois ce n’est pas toujours le meilleur des placements.
Il est important de mentionner qu’investir dans l’ancien, peut très souvent vous permettre de profiter à long terme d’une meilleure rentabilité.
Il est vrai que la location d’un ancien bien sera beaucoup moins cher que le neuf, toutefois, il aura plus de chance d’avoir un locataire qu’un neuf. En outre, les travaux que fera le propriétaire dans l’ancien bien pourront se déduire des impôts. Par conséquent, l’investisseur gagnera mieux en plaçant dans l’ancien, toutefois tout dépend de l’emplacement du bien.
Selon l’expertise de la société de gestion indépendante A Plus Finance, il est important qu’avant tout investissement, le futur propriétaire réalise toute une étude du marché pour repérer les zones les plus appréciées et d’assurer une meilleure rentabilité de son investissement.

Read More

Posted by on Juin 15, 2019 in Actualité nationale |

Investir dans les PME

Investir dans les PME

Avez-vous déjà pensé à la souscription au capital d’une start-up ou d’une PME ?
Investir au capital d’une entreprise – que ce soit une start-up ou une PME – équivaut à apporter des fonds pour participer à son patrimoine. En échange de cette souscription, l’on devient actionnaire ou associé de la PME considérée : l’on reçoit des actions ou des parts.
Selon l’Institut National de la statistique et des études économique, la catégorie des PME est constituée de sociétés ayant un total de bilan n’excédant pas 45 000 euros ou encore un chiffre d’affaires supérieur à 60 000 euros et ayant un effectif moins de 350 salariés.
Selon les dernières statistiques, les petites et moyennes entreprises étaient 5. 6 millions en 2013, soit environ 94 % des sociétés représentant près de 68 % de l’emploi salarié. Celles-ci réalisent 47. 9 % du chiffre d’affaires du pays. Elles sont donc au cœur de l’économie française.

Un avantage fiscal certain, une rentabilité aléatoire !

Que l’on soit assujetti à l’ISF ou non, tout contribuable peut alléger sa facture fiscale en investissant – directement ou via des fonds communs de placement – dans des petites et moyennes entreprises ou dans des start-ups. Aujourd’hui, il existe de multiples façons d’investir dans une PME ou une start-up et payer moins d’impôt. Soit privilégier un fonds commun de placement dans l’innovation ou un fonds d’investissement de proximité, soit souscrire en direct des parts d’une entreprise.
Pour rappel : la déduction est plafonnée à 50 millions d’euros pour la souscription directe et n’est que de 23 millions d’euros pour les FCPI et les FIP. Le taux de la réduction d’impôt de solidarité sur la fortune est fixé à 75 % des versements retenus et effectués dans une limite annuelle de 36 millions d’euros, soit un versement maximum de 72 millions d’euros.
Il est également possible d’investir dans des fonds d’investissement de proximité ou des fonds communs de placement dans l’innovation. Dans ce cas, la réduction d’IR (impôt sur le revenu) est égale à 26 % ; le montant investi est ainsi plafonné à 24 millions d’euros pour un couple pacsé ou marié soumis à une imposition commune et à 12 millions d’euros pour une personne célibataire.

Attention : les titres doivent être conservés six ans au moins, pour bénéficier de ces avantages fiscaux. Donc il faut compter en moyenne neuf à onze ans avant de voir le remboursement effectué et le fonds liquidé, car la plupart des FCPI et des FIP ne permettent pas de retrait anticipé. Si l’avantage fiscal est certain et immédiat, la durée d’immobilisation des fonds reste inconnue tout comme la performance finale.
Si vous déléguez la gestion via un FCPI ou un FIP, n’hésitez surtout pas à regarder les performances passées des grandes maisons de gestion. A Plus Finance propose un ensemble de solutions d’investissement. Celle-ci gère depuis plus de quarante ans des FCPI et des FIP. Son savoir-faire repose sur l’expertise de ses équipes de gestion. En tant que société signataire des principes de l’investissement responsable, A Plus Finance s’attache également à intégrer dans son processus d’investissement des critères de gouvernance, sociaux et environnementaux. Elle peut accompagner les PME et les start-ups françaises dans leur transmission ou leur développement et aussi les aider à trouver des co-investisseurs.

Read More

Posted by on Mar 13, 2019 in Actualité nationale |

L’immobilier, un secteur en pleine mutation

L’immobilier, un secteur en pleine mutation

 

Propriétaires : vaut-il mieux louer ou revendre son bien immobilier ?

Les propriétaires d’un bien immobilier (maison ou appartement) se retrouvent souvent face à un choix cornélien entre mettre en location leur logement ou le vendre. Chacune de ces options correspond à un projet de vie et présente un intérêt.

Les avantages et inconvénients de la mise en location !

Les locataires sont devenus plus exigeants, surtout s’ils sont solvables. Ils exigent donc davantage d’espace et de confort. Les petites surfaces génèrent une rotation rapide des locataires, et donc un surcoût pour l’investisseur.
– Le calme et la clarté du logement constituent des atouts précieux pour la revente comme pour la location.
– Les grandes terrasses, balcons et vérandas sont un agrément apprécié qui se négocie très cher.
– Le mode de chauffage est une préoccupation importante pour les locataires. Les propriétaires préfèrent le chauffage électrique qui est directement payé par la personne occupant l’appartement, et ne nécessite ni installation coûteuse, ni entretien de chaudière.
– Le confort, dit moderne (WC intérieurs, salle de bains, etc) est indispensable.
– Fuyez les surfaces minuscules que les locataires acceptent, faute de mieux, mais n’ayant à l’esprit que de s’en échapper rapidement.
Pour rappel : il convient de se souvenir que plus l’appartement que vous louez possédera d’agréments, plus la facture de votre taxe foncière sera élevée.


Quel environnement ?

Avec la flambée du prix de l’essence et l’explosion générale des embouteillages, les locataires sont nettement moins attirés par les maisons ou immeubles excentrés et éloignés des commodités.
L’environnement, les transports publics, les équipements (crèches, écoles, etc.) ainsi que les commerces, autrement dit le quartier, sont aussi importants que le logement lui-même.
– Vérifiez s’il n’existe pas une pollution collective à proximité.
– Les jardins et les espaces verts participent tout autant à la valorisation du bien.
– La proximité des transports collectifs facilite la location, mais aussi la revente le jour où vous souhaitez céder le logement.

Comment choisir son bien immobilier ? Pourquoi faire appel à un chasseur d’appartement ?

Chercher un bien immobilier (maison, appartement ou un local professionnel/location ou achat), à Londres, à Bordeaux ou à Paris, relève souvent du parcours du combattant. Visites souvent inutiles, appels, relances, consultation des annonces… demandent une réactivité constante et une disponibilité importante. Le dénicheur d’appartement (également connu sous le nom de “chasseur d’appartement”) s’adresse à tous ceux qui n’ont pas de temps. Il effectue à votre place tout le travail de recherche.
Le leader de la chasse immobilière “HomeLike Home” vous offre un service sur mesure. Il intervient à l’achat comme à la location. L’équipe de ce dénicheur d’appartement (composée d’une vingtaine de chargées de recherche) vous accompagne et défend vos intérêts tout au long du process de recherche de votre bien (de la définition du besoin jusqu’à la signature définitive). HomeLike Home est exclusivement au service de l’acheteur.

Read More

Posted by on Oct 19, 2018 in Actualité nationale |

« Grâce à Dieu » le film qui retrace la parole des victimes

« Grâce à Dieu » le film qui retrace la parole des victimes

 

Tandis que le procès du Cardinal Barbarin, qui est inculpé d’avoir couvert les agressions sexuelles sur mineurs du père Preynat, s’ouvre à Lyon, François Ozon a présenté en avant-première son nouveau film le 11 décembre dernier. « Grâce à Dieu » est un film qui retrace les témoignages des trois victimes du père Preynat dont le procès est programmé le mois de mars prochain.
La sortie du film n’est pas encore confirmée
Alors que le réalisateur a programmé la sortie du film en mois de février prochain, l’avocat du Père Preynat, a demandé de reporter la sortie en salle de « Grâce à Dieu » afin d’éviter d’influencer l’opinion publiquesurtout que le procès du prêtre est pour le mois de mars prochain.
François Ozon avait recherché un sujet à développer en œuvre cinématographique portant sur la fragilité masculine. En découvrant l’association « La Parole libérée », qui a été formé afin d’aider les anciens scouts du groupe Saint-Luc dans la région Lyonnaise et qui a regroupé prés d’une centaine de victimes abusaient par le prêtre entre l’année 1976 et 1991, le réalisateur a donc décidé de créer une fiction qui porte sur les victimes du père Preynat.

Cette association, qui a été lancée par seulement deux victimes du prêtre, a pu recenser une centaine de victimes qui grâce à leur parole, ils ont pu continuer dans la démarche en obtenant la mise en accusation du prêtre, ainsi que de sa hiérarchie Cardinal Barbarin qui n’a pas pris les mesures afin de mettre fin à ces abus. François Ozon a voulu au début faire un documentaire portant sur les témoignages des victimes, mais finalement, il a opté pour une fiction. Le projet cinématographique a été soutenu et financé par SG Image ainsi que par A Plus Image la Sofica de A Plus Finance, afin que le film voit le jour.

Un magnifique film

Retraçant l’histoire de l’association, François Ozon a choisi trois victimes dont les vécus sont très différents permettant, ainsi d’assimiler les séquelles de ces abus pédophiles sur leur vie et histoire intime. L’habileté du réalisateur consiste à faire incarner parfaitement ces personnages bien réels, ainsi que tous leurs vécus par des acteurs afin de reconstituer les scènes non pas du crime, mais de leurs vies qui ont été corrompues.
De l’absence d’écoute, au déni des parents des victimes qui respectent encore trop l’autorité de l’église, chaque situation par laquelle sont passés les victimes ont été retransmis fidèlement par le réalisateur dans le film « Grâce à dieu ». Comme a affirmé, le responsable du financement de l’audiovisuel chez A Plus Finance, la Sofica qui a accepté de soutenir financièrement le film, « tout est vrai dans ce film des noms, aux faits, aux courriers, aux échanges de mails jusqu’à la phrase qui a été déclarée lâchement par le cardinal Barbarin « Grâce à Dieu, les faits sont aujourd’hui prescrits ! » ».

Read More