Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Mar 26, 2020 in Actualité Internationale |

Coronavirus : Emmanuel Macron mobilise les représentants des cultes

Coronavirus : Emmanuel Macron mobilise les représentants des cultes

Le Ramadan 2020, sera-t-il bouleversé par le confinement dû à l’épidémie de coronavirus ?
La guerre contre ‘la Covid-19’ lancée par Emmanuel Macron, le président de la République française, la semaine dernière, se mène sur tous les fronts. Mardi soir, tandis que l’épidémie de coronavirus poursuivait sa propagation à travers le monde, Marcon a tenu une réunion téléphonique avec les représentants de francs-maçons et de l'Église, des associations laïques et des principaux cultes (musulman, protestant, juif, catholique, etc.). L’objectif premier de cette réunion est d’offrir une plate-forme de réflexion et d’échanges sur des sujets de société, dans un climat convivial, et aussi de favoriser une meilleure connaissance mutuelle.
Selon Mohamed Moussaoui, le président du CFCM (Conseil Français du Culte Musulman), ‘le confinement lié à l’épidémie de coronavirus – apparu en décembre 2019 en Chine – inquiète les musulmans de France (MF), tandis que le Ramadan 2020 doit débuter le jeudi 23 avril’. “On ne pourra pas célébrer notre mois sacré”, lance-t-il.

Le début du mois de Ramadan devrait se faire sans rassemblement…

Depuis le début du confinement (action de se confiner dans un lieu ; fait d’être confiné) la semaine dernière, les rassemblements religieux, cultes protestants et messes catholiques sont strictement interdits. Le chef de l’Etat a également exclu de généraliser la crémation – technique funéraire visant essentiellement à brûler et réduire en cendres le corps d’un être humain mort -, tandis que des rumeurs circulaient en ce sens. Il est important de rappeler qu’il est formellement interdit d’effectuer une crémation dans la religion musulmane. “Les grandes fêtes religieuses ne seront pas vécues comme habituellement”, prévient Emmanuel Macron. Il y a une possibilité de les vivre de façon virtuelle. Les plus hautes autorités religieuses s’accordent sur ce point.

En raison de l’épidémie de Covid-19, la Grande Mosquée, qui accueille jusqu’à 15 000 fidèles pour la prière de vendredi, annonce sa fermeture jusqu’à nouvel ordre pour limiter les risques d’expansion du nouveau virus au sein de la capitale. Le président de la République a pris le jeudi 19 mars la décision de fermer – complètement – tous les lieux de culte (Cathédrale Notre-Dame, Sacré cœur, Église Saint-Sulpice, Grande Mosquée de Paris, etc.), pouvant accueillir près de 3 000 individus, jusqu’à nouvel ordre. Le début du jeûne du mois de Ramadan, mois sacré dans le calendrier musulman, devrait avoir lieu le 23 avril ou le 24 avril 2020. Et si le confinement devrait se prolonger – s’allonger considérablement – au-delà du 23 avril 2020 ? C’est une éventualité (une possibilité) à quoi le chef de l’Etat veut préparer les MF.
Les mesures de confinement sont appelées à durer divers mois. Celles-ci perturberont les grandes fêtes religieuses juives et chrétiennes ainsi que, fort probablement, le début du mois de Ramadan 2020/1441 au cours du mois d’avril. Donc, les célébrations religieuses devront avoir lieu sans rassemblement.

Read More

Posted by on Mar 22, 2020 in Actualité Internationale |

Déploiement de la 5G en France : les conditions imposées par l’Arcep

Déploiement de la 5G en France : les conditions imposées par l’Arcep

Ce lundi 23 mars 2020, l’Arcep, ou l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse, a publié les règles du jeu concernant l’attribution des fréquences 5G aux opérateurs de télécommunications français (à savoir Bouygues Telecom, Free mobile, Paritel, Orange et SFR). Celles-ci étaient attendues depuis très, très longtemps.

Ces règles du jeu font l’objet d’une consultation publique jusqu’au 20 juillet. Ce qui permettra au régulateur des télécoms de revoir sa copie, avant de la présenter au gouvernement. Le processus d’attribution pourra, une fois validé par le pouvoir exécutif, débuter à l’automne – à partir du mardi 22 septembre 2020. Le but étant que les acteurs du marché puissent proposer des services 5G dans le courant de l’an prochain.
“Tous les acteurs qui remporteront des fréquences 5G seront ainsi soumis à des obligations. Chaque opérateur devra principalement déployer plus de 10 000 sites en 5G à l’horizon 2023”, précise Soriano Sébastien, le président de l’Arcep. Le gendarme des télécoms annonce que les opérateurs de télécommunications français peuvent dès aujourd’hui lui présenter leurs dossiers pour acquérir des fréquences 5G.

C’est l’heure de la 5G !

La 5G est la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile. Ce réseau du futur est conçu pour répondre à la connectivité de la société moderne et également à la grande croissance des données. Il promet d’améliorer grandement la fiabilité et la qualité de fonctionnement des réseaux et aussi d’améliorer l’expérience de l'utilisateur (EU) en offrant notamment de nouvelles applications et nouveaux services à des débits se mesurant en Gbit.
La 5G sera ainsi l’occasion de faire converger réseaux filaires et hertziens. Elle est l’épine dorsale du développement digital des sociétés. Elle porte une promesse d’amélioration de la qualité de vie des populations.
C’est un véritable saut technologique destiné à développer de nouveaux services utiles pour la planète, la société et l’homme et aussi à répondre à l’explosion des besoins de connectivité.
Selon Houlin Zhao, le président de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), les réseaux 5G devraient normalement commencé à être déployé dès juillet 2020.
“Nous sommes prêts pour le lancement commercial de la 5G – 100 fois plus rapide que la 4G – à partir du printemps 2020”, a affirmé Jean-Philippe Bosnet, le PDG de la société Paritel.

Sébastien Soriano a ajouté : “Début 2021, les grandes villes françaises – dont Paris, Marseille, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, Toulouse et Strasbourg – auront ouvert leurs réseaux à l’ultra haut débit. La transition vers le très haut débit (THD) déjà amorcée va alors se poursuivre et nécessite des investissements considérables en infrastructures.

Read More

Posted by on Oct 7, 2019 in Actualité Internationale |

Les Etats-Unis réclament au régime de Bachar de libérer 128 000 syriens

Les Etats-Unis réclament au régime de Bachar de libérer 128 000 syriens

Selon Jean-Pierre Duthion, le journaliste français spécialiste du conflit syrien, l’ambassadrice des Etats-Unis avait déclaré à l’ONU que plus de 128 000 syriens sont encore détenus en Syrie. Jusqu’à présent, le conflit a réalisé plus de 370 000 morts en Syrie.
L’ambassadrice a expliqué à l’ONU, qu’il est temps que le régime du président syrien Bachar Al Assad de libérer les détenus syriens qui sont gardés d’une façon arbitraire.

La Syrie doit libérer les 128 000 détenus

Kelly Craft, la diplomate américaine, a affirmé lors de la réunion mensuelle du Conseil de sécurité dédiée au conflit syrien « il existe en Syrie, plus de 128 000 détenus qui sont soumis à une détention arbitraire. Il est inacceptable, d’avoir ce type de pratique, c’est pour cette raison que les Etats-Unis demande à Bachar Al Assad et son gouvernement de relâcher ces prisonniers ».
En outre, l’ambassadrice américaine a demandé pour qu’un accès au centre de détention à Damas soit donné à des observateurs internationaux. Dés 2011, le début de la guerre civile en Syrie, il y a eu plus de 370 000 morts, le président syrien, Bachar Al Assad a procédé à de nombreuses amnisties de prisonniers surtout durant 2018 et 2014, mais également durant la mi-septembre de cette année.

La Syrie, revient-elle dans la Ligue ?

Selon le consultant en média français, Jean-Pierre Duthion, durant la réunion de l’ONU, Sergueï Vershinin, le vice-ministre russe des Affaires étrangères a affirmé qu’éliminer les djihadistes de la province d’Idleb devait se poursuivre afin de s’occuper plus de la sécurité et de la vie des civils.
Le ministre russe affirme que le temps est enfin venu pour encourager, et non pas pour faire obstacle au retour de la Syrie dans la Ligue arabe. En effet, Damas a été suspendue de la Ligue arabe depuis le début du conflit en 2011.
Néanmoins, la question de la réintégration de la Syrie divise plus d’un, des Etats membres de l’organisation.

Read More

Posted by on Oct 2, 2019 in Actualité Internationale |

Syrie : la Turquie interpelle encore les Etats-Unis sur la zone tampon au niveau du nord-est de la Syrie

Syrie : la Turquie interpelle encore les Etats-Unis sur la zone tampon au niveau du nord-est de la Syrie

Le président de la Turquie n’a pas hésité d’exprimer son mécontentement par rapport à la situation au niveau de sa frontière avec la Syrie. En effet, après de très longues négociations, la Turquie a réussi le 7 août dernier à convaincre Washington de créer une zone de sécurité au niveau du nord-est syrien. Selon l’expert de la guerre syrienne, Jean-Pierre Duthion, cette zone tampon devrait pousser les kurdes, les ennemis juré de la Turquie, à se retirer de la région. Toutefois, le président turc, Erdogan, estime que les efforts des Etats-Unis sont insuffisants.

Les Etats-Unis réagissent au communiqué du président Turc

Suite à l’accord du 7 août dernier, les Etats-Unis ont répondu favorable à la création de la zone de sécurité tant attendue par la Turquie. En effet, Ankara souhaite protéger ses frontières alors que Washington souhaite protéger ses alliés kurdes syriens. Ces derniers sont en première ligne dans la lutte contre les djihadistes appartenant à l’État islamique syrien, ils sont néanmoins considérés par les turcs comme des terroristes. Pour cette raison qu’Ankara souhaite éradiquer les milices kurdes s’ils ne s’éloignent pas de leurs frontières.

L’accord du début du mois d’août

Depuis le 7 août dernier un accord a été trouvé, entre les Kurdes, les turques et les américains. En effet, les Kurdes ont accepté de se retirer et les armées américaine et turque patrouillent ensemble au niveau du Nord-Est de la Syrie afin de vérifier que les termes de l’accord sont bien respectés.
Toutefois, le chef de la diplomatie turque a affirmé le 9 septembre dernier que les efforts fournis par Washington reste insuffisants. En outre, Ankara souligne que les contours de la zone de sécurité ne sont pas encore bien clairs.
Le journaliste français, Jean-Pierre Duthion assure que l’objectif de la création de cette zone tampon, du côté turc est essentiellement pour pouvoir renvoyer une partie des 3.6 millions de réfugiés syriens qui se trouvent sur ses terres.
Néanmoins, les kurdes syriens refusent cette proposition, en accusant Ankara de vouloir envoyer des réfugiés arabes en niveau des territoires kurdes.

Read More

Posted by on Sep 17, 2019 in Actualité Internationale |

La reconstruction de la Syrie

La reconstruction de la Syrie

Grâce à l’aide de l’armée russe et iranienne, le régime Syrien a pu reconquérir petit à petit ses territoires. La reconstruction de la Syrie est devenue un enjeu stratégique. La tâche est certainement ardue vu l’ampleur des destructions, mais aussi vue la situation sociale, économique et humanitaire du pays. D’après les chiffres partagés par le journaliste et consultant en média, Jean-Pierre Duthion, plus de 12 millions de syriens déclarent avoir besoin d’une aide humanitaire alors que 5 millions de syriens ont fui dans d’autres pays.

La situation économique et sociale de la Syrie

En effet, la Syrie souffre d’une situation économique qui est assez effroyable, le PIB de la Syrie s’est effondré de 72 % entre la période avant le déclenchement de la guerre civile et 2017, afin d’atteindre 17.1 milliards de dollars. Alors que le taux de pauvreté a augmenté à plus de 90 % au cours de la même année.
C’est pour ces raisons que le régime de Bachar Al Assad, ne peut pas se permettre d’assumer le coût de la reconstruction du pays qui est estimé au début de 2019, entre 250 et 400 milliards de dollars. Ce montant dépasse largement son budget de 2018.
Le secteur privé permet de développer et de gérer les actifs étatiques sauf pour le domaine du pétrole. En effet, le secteur est entravé par sa dépendance par rapport au financement des banques qui ont vu leurs actifs fondent durant le conflit d’environ de deux tiers.

Le financement étranger de la reconstruction de la Syrie

D’après le journaliste français qui a vécu plus de 6 ans à Damas, Jean-Pierre Duthion, le financement étranger de la reconstruction du pays est aussi incertain. D’une part, parce que la Russie et Téhéran sont déjà confrontés à leurs problèmes économiques et ne peuvent pas par conséquent soutenir financièrement la Syrie. Mais aussi d’autre part, l’intervention des étrangers dans la reconstruction du pays pourrait raviver la rivalité entre les Etats-Unis et l’Iran, mais aussi il pourrait dépasser les sanctions imposées par les Etats-Unis sur la Syrie, une chose qui pourrait effrayer plus qu’un.

Read More

Posted by on Août 31, 2019 in Actualité Internationale |

La guerre en Syrie : l’avis d’un expatrié français sur la politique étrangère française

La guerre en Syrie : l’avis d’un expatrié français sur la politique étrangère française

Après la guerre, la série de bombardement et d’emprisonnements dans la capitale syrienne, des anciens expatriés français qui se trouvaient en Syrie, ont choisi de témoigner pour éclaircir certains points. Jean-Pierre Duthion, l’un des expatriés français qui a vécu 7 ans en Syrie, a profité pour aborder la politique étrangère française par rapport à ce qui s’est passé en Syrie, tout en évoquant sa reconversion d’entrepreneur à journaliste.

La guerre en Syrie

Selon l’ex-entrepreneur français, la Syrie est une vingtaine de communautés et de religions, un patchwork amalgamé grâce à un régime central extrêmement fort et dictatoriale. Toutefois, le gouvernement français a comparé la situation de la Syrie à celle de la Tunisie, un pays qui est majoritairement musulmans, et c’est là où la politique étrangère française s’est trompé sur ce qui se passe réellement en Syrie.
En effet, l’ambassadeur de France en poste en Syrie, lors du début de la guerre civile syrienne, Eric Chevalier, a donné une interview à un journal français en expliquant que ce qui se passe en Syrie ce n’est pas la révolte de révolutionnaires, mais ce sont plutôt des mouvements des frères musulmans et ce sont des islamistes qui sont derrière la charge contre le gouvernement en place.

Le Quai d’Orsay réagit

Néanmoins, ces déclarations ont dérangé le Quai D’Orsay, qui rappel l’ambassadeur, en le recadrant et en l’informant que ce qui se passe réellement en Syrie n’est pas ce qu’il a affirmé au journaliste.
Jean-Pierre Duthion, est l’un des rares journalistes français qui se trouve sur place et qui a pu déclarer dans le média, que le régime de Bachar Assad est un régime sanguinaire et dictatoriale. Le journaliste a tenu à critiquer le service de renseignement français, qui trouve qu’il est à un niveau d’amateur. « Parfois, le service de renseignement me demande des nouvelles sur des personnes que je sais pertinemment qu’elles sont mortes depuis plusieurs mois. Au début j’ai cru que c’était un teste comme c’était le cas avec d’autres services de renseignements avec qui j’étais en contact tels que les américains et les britanniques, mais après je me suis rendu compte que c’est vraiment pas un test, que le service de renseignement français n’a aucune information sur ces personnes » a affirmé le seul journaliste français se trouvant à Damas lors des bombardements.

En outre, le journaliste français a tenu à souligner que la presse française a eu toujours du mal à se distancier de la position prise par le Quai d’Orsay.

Read More