Pages Menu
Categories Menu

Recent From

More

Find us on Google Plus

Twitter

Most recent articles

Impôt : mais où sont les avantages promis aux investisseurs dans les PME ?

Posted by on Mai 23, 2019 in Actualité Internationale |

Selon la décision du gouvernement, la réduction d’impôt accordée pour tout investissement dans le capital d’entreprise a été boostée en 2018. Toutefois, la mesure n’est toujours pas entrée en vigueur.

Avantage fiscal

Voulant encourager les investisseurs français à participer dans le financement des entreprises, le gouvernement a mis en place une loi permettant au contribuable de profiter d’une réduction d’impôt allant de 18 à 25 %.
Toutefois, les investisseurs particuliers sont toujours dans l’attente du coup de pouce fiscal promis par le gouvernement lors de l’investissement dans les PME.
Proposée par des députés de la majorité, la loi inscrite dans le projet de loi de finance de 2018, a permis d’accorder à tous les investisseurs dans des PME en France ou dans des fonds de placements proposés par des sociétés de gestion comme A Plus Finance, un taux de réduction d’impôt porté à 25 % au lieu des 18 %. Néanmoins, après 9 mois de l’acceptation de la loi, elle n’est toujours pas entrée en vigueur.
Selon le responsable des investissements de la société de gestion A Plus Finance, le texte promulgué nécessite un décret d’application pour être mis en place. En effet, cette loi ne peut être publiée qu’après avoir l’accord de Bruxelles, c’est à dire de la commission européenne. Cette dernière doit se prononcer sur la conformité du dispositif par rapport au droit européen. Et jusqu’à maintenant la réponse de la commission se fait encore attendre.
Par conséquent, si le décret est accordé avant fin décembre, le taux de réduction des impôts serait de 25 %, pour tout investissement d’une PME de 2018. Toutefois, cette perspective semblerait qu’elle très peu probable. Comme a expliqué le cofondateur de Vatel capital, tout le monde dans la profession s’accorde à dire que la loi de réduction des impôts à 25 % ne va pas passer.

Baisse des investissements dans les PME

L’absence de coup de pouce fiscal risque de peser sur le placement dans les PME surtout après la fin de la réduction de l’impôt sur la fortune ISF PME. C’est pour ces raisons qu’on redoute une forte baisse de la collecte des fonds d’investissements dans les entreprises non cotées cette année.
En plus de ces incertitudes, s’ajoutent les problèmes liés au prélèvement à la source qui doit être mis en place durant 2019. C’est vrai que les investisseurs continuent de profiter des avantages fiscaux, toutefois, la réduction d’impôt ne sera pas pris en compte dans le prélèvement à la source.

La force économique des PME

Posted by on Mai 15, 2019 in Actualité Internationale |

Gestion financière des PME

La gestion financière des PME (petites et moyennes entreprises) est un domaine qui s’est relativement développé dans les soixante dernières années, contrairement à d’autres domaines de gestion pour ces sociétés. Cette lente reconnaissance de ce champ d’études a souffert des affirmations selon lesquelles les petites sociétés sont vouées un jour à devenir grandes et ces entreprises font face aux mêmes défis que leurs consœurs de taille plus importante et qu’il n’est ainsi nullement besoin de leur consacrer des enseignements ciblés, mais aussi de l’hypothèse de maximisation de leur richesse que devraient poursuivre tous les acteurs économiques dans leur prise de décision. Un nombre important d’écrits ont été consacrés aux particularités de ces sociétés.

Les principes de la gestion financière des PME

Les principes de gestion financière des PME reposent sur un ensemble d’hypothèses qui sont maintenant reconnues comme étant inadaptées à la réalité de la plupart des PME. La première de ces hypothèses concerne la fonction “objectif” du gestionnaire financier, qui se compose principalement de deux éléments, soit le rendement et le risque. Sommairement, tout gestionnaire doit prendre des décisions de façon à optimiser la valeur de la société, et ce, en maximisant le rendement obtenu par les actionnaires tout en minimisant le risque. La deuxième hypothèse est que le gestionnaire est réfractaire au risque, c’est-à-dire qu’il exige un rendement de plus en plus élevé pour accepter d’investir dans des situations de plus en plus risquées. L’entreprenariat est défini comme la gestion et la création d’une structure au sein de laquelle le dirigeant (de la société) assume les risques sociaux, psychiques et financiers et fournit le temps et les efforts nécessaires en espérant une récompense d’ordre financier et en termes de satisfaction personnelle. Généralement, l’entrepreneur se caractérise par son goût de réussite et d’indépendance, sa forte capacité de résolution des problèmes, son besoin élevé d’accomplissement et de contrôle, sa créativité et ses aptitudes cognitives et sociales… A Plus Finance, l’un des acteurs indépendants les plus actifs du capital risque en France, soutient les entreprises françaises dans leurs développements. Elle peut aussi les aider à trouver des financements bancaires. Elle se singularise par la stabilité de ses équipes ((20) entrepreneurs et (15) financiers) et la pérennité de son actionnariat depuis le début de son développement. A Plus Finance poursuit sa croissance tout en continuant à innover au service de ses clients. Elle est présente dans les métiers de l’immobilier, du financement des PME, de la multigestion et du cinéma.

L’immobilier, un secteur en pleine mutation

Posted by on Mar 13, 2019 in Actualité nationale |

 

Propriétaires : vaut-il mieux louer ou revendre son bien immobilier ?

Les propriétaires d’un bien immobilier (maison ou appartement) se retrouvent souvent face à un choix cornélien entre mettre en location leur logement ou le vendre. Chacune de ces options correspond à un projet de vie et présente un intérêt.

Les avantages et inconvénients de la mise en location !

Les locataires sont devenus plus exigeants, surtout s’ils sont solvables. Ils exigent donc davantage d’espace et de confort. Les petites surfaces génèrent une rotation rapide des locataires, et donc un surcoût pour l’investisseur.
– Le calme et la clarté du logement constituent des atouts précieux pour la revente comme pour la location.
– Les grandes terrasses, balcons et vérandas sont un agrément apprécié qui se négocie très cher.
– Le mode de chauffage est une préoccupation importante pour les locataires. Les propriétaires préfèrent le chauffage électrique qui est directement payé par la personne occupant l’appartement, et ne nécessite ni installation coûteuse, ni entretien de chaudière.
– Le confort, dit moderne (WC intérieurs, salle de bains, etc) est indispensable.
– Fuyez les surfaces minuscules que les locataires acceptent, faute de mieux, mais n’ayant à l’esprit que de s’en échapper rapidement.
Pour rappel : il convient de se souvenir que plus l’appartement que vous louez possédera d’agréments, plus la facture de votre taxe foncière sera élevée.


Quel environnement ?

Avec la flambée du prix de l’essence et l’explosion générale des embouteillages, les locataires sont nettement moins attirés par les maisons ou immeubles excentrés et éloignés des commodités.
L’environnement, les transports publics, les équipements (crèches, écoles, etc.) ainsi que les commerces, autrement dit le quartier, sont aussi importants que le logement lui-même.
– Vérifiez s’il n’existe pas une pollution collective à proximité.
– Les jardins et les espaces verts participent tout autant à la valorisation du bien.
– La proximité des transports collectifs facilite la location, mais aussi la revente le jour où vous souhaitez céder le logement.

Comment choisir son bien immobilier ? Pourquoi faire appel à un chasseur d’appartement ?

Chercher un bien immobilier (maison, appartement ou un local professionnel/location ou achat), à Londres, à Bordeaux ou à Paris, relève souvent du parcours du combattant. Visites souvent inutiles, appels, relances, consultation des annonces… demandent une réactivité constante et une disponibilité importante. Le dénicheur d’appartement (également connu sous le nom de “chasseur d’appartement”) s’adresse à tous ceux qui n’ont pas de temps. Il effectue à votre place tout le travail de recherche.
Le leader de la chasse immobilière “HomeLike Home” vous offre un service sur mesure. Il intervient à l’achat comme à la location. L’équipe de ce dénicheur d’appartement (composée d’une vingtaine de chargées de recherche) vous accompagne et défend vos intérêts tout au long du process de recherche de votre bien (de la définition du besoin jusqu’à la signature définitive). HomeLike Home est exclusivement au service de l’acheteur.

Tout savoir sur l’immobilier en France

Posted by on Mar 7, 2019 in Actualité Internationale |

L’immobilier, un secteur riche de métiers

Ce qui caractérise l’immobilier, c’est la variété. Variété des secteurs d’activité (gestion, transaction, promotion), variété des clients, des employeurs, métiers…
Un choix considérable s’offre à vous si ce domaine vous intéresse. Vous devez tout d’abord savoir ce que vous voulez faire dans l’immobilier : expertiser, gérer, vendre, construire…
Ces activités correspondent à des métiers très différents en termes de compétences, de qualités, de contenu, de mode de vie… Il faut commencer par les identifier, ce qui n’est pas toujours simple, d’autant qu’il existe pour chacun d’eux plusieurs appellations.
Les régions en plein essor sont celles de l’Ouest et du Sud du pays, surtout les côtes. En revanche, l’Est et le Nord, plus spécifiquement la Picardie et le Nord-Pas-de-Calais, accusent une désaffection de la part des Français et donc des acteurs de l’immobilier.
À l’heure actuelle, près de 500 890 personnes travaillent dans l’immobilier en France, parmi lesquelles 45 % de cadres. Globalement, 2018 a été une bonne année : dans la construction, l’emploi a progressé de 15 %, ce qui représente 120 500 recrutements.
Cette hausse se répercute dans l’immobilier, car qui dit plus de construction, dit plus de personnels pour les vendre et les administrer.

L’immobilier : un secteur porteur, avec des débouchés et des métiers variés

2018, devrait être une aussi bonne année, voire meilleure. Le CEFLU, dans son vingtième baromètre publié le 30 décembre 2018, note qu’en 2017, 5 600 offres d’emploi de cadres sont parues dans la presse (sachant qu’elles ne représentent que 40 % des postes à pourvoir dans le secteur de l’immobilier). Tous les secteurs sont concernés et plus particulièrement, pour les débutants, la transaction et la gestion, pour des postes de négociateurs immobiliers et syndics de copropriété, notamment. Le manque d’expérience n’est pas toujours un handicap, au contraire. En effet, certaines entreprises préfèrent recruter de jeunes diplômés et les former à leurs méthodes de travail, plutôt que d’intégrer une personne confirmée qui voudra imposer sa propre façon de faire.

Le chasseur immobilier : un métier en développement pour une prestation de qualité

Le chasseur immobilier (également connu sous le nom de “dénicheur d’appartements”) attire de plus en plus de vendeurs en France. Avec un accompagnement personnalisé, le dénicheur d’appartements va enseigner les clés de la réussite pour trouver rapidement le bien (qui convient à vos besoins). Il est là pour faire en sorte que la transaction aboutisse rapidement. Le leader de la chasse immobilière “HomeLike Home” propose un service sur mesure. Spécialiste de la recherche immobilière personnalisée les chasseur immobilier bassin d’arcachon, interviennent sur Bordeaux, sur Paris et ses environs, à Londres, en Normandie ainsi qu’à Aix-en-Provence. Il cherche à votre place votre bien immobilier sur l’ensemble du marché, à la location comme à l’achat. Donc, avec HomeLike Home, vous pouvez trouver la perle rare.

 

Quelles sont les aides que peuvent bénéficier les entreprises innovantes en France ?

Posted by on Jan 20, 2019 in Actualité Internationale |

Afin de gagner en compétitivité et se différencier des concurrents, une société à tout intérêt à innover, toutefois le coût de l’innovation surtout à court terme peut être difficile à assumer par une jeune entreprise.
Heureusement, que les entreprises innovantes peuvent profiter d’un grand nombre d’aides financières encourageant, ainsi les sociétés en France de devenir de plus en plus audacieuses.
En plus des nombreux aides financières, les sociétés de gestion ont opté de miser de plus en plus dans des entreprises innovantes, comme A Plus Finance. En effet, à l’instar de la société de gestion indépendante, A Plus Finance, plusieurs sociétés de gestion préfèrent investir dans des jeunes entreprises innovantes, afin de participer au développement des projets à fort potentiel surtout dans les secteurs de l’environnement, de la technologie de l’information et l’e-business.

Les principales aides financières au niveau des fonds propres

Une société innovante peut bénéficier d’une augmentation de ses fonds propres grâce à l’aide de plusieurs organismes français dont les Fonds Innov’ess de France Activ ou la Banque publique d’investissement France.
En effet, les fonds Innov’ess de France Active, c’est un fonds qui accorde une aide pouvant aller jusqu’à 500 000 euros aux sociétés qui sont innovantes et solidaires, qui apportent des idées ingénieuses répondant aux besoins sociaux contemporains.
Alors que la BPIFrance, c’est un organisme public qui permet d’avoir un prêt pouvant aller jusqu’à 100 000 euros. Ce type d’investissement est accordé plutôt aux jeunes entreprises possédant moins de 50 salariés. Ce type de fonds n’est accessible qu’en complément avec un autre soutien public à l’innovation.
En outre, tout entrepreneur peut contracter des prêts d’honneur pour son entreprise en tant que porteur de projet innovant auprès de plusieurs organismes, comme Réseau entreprendre, France Active, Conseil régional ou initiative France. Le montant du prêt peut atteindre 90 000 euros pour une entreprise innovante.

Le financement de projet innovant

Les entreprises proposant des projets innovants peuvent profiter d’autres soutiens afin de financer les différentes dépenses effectuées par la société, afin d’assurer l’innovation, dont l’aide pour le développement de l’innovation de BPIfrance, ainsi que l’aide au partenariat technologique APT.
L’aide Bpifrance est essentiellement fournie pour les sociétés qui ont moins de 2 000 salariés, avec un prêt ayant un montant pouvant atteindre 3 millions d’euros et dont le taux est zéro. Cette aide pourra recouvrir tous les dépenses d’étude de faisabilité commerciale et technique du projet, ainsi que les dépenses de la recherche au niveau du pôle de développement de l’entreprise et les différents achats d’équipements.
L’APT ou aide au partenariat technologique s’adresse aux entreprises ayant moins de 2 000 salariés et propose une aide financière pouvant aller jusqu’à 50 000 euros. l’APT vise à financer les entreprises proposant des projets innovants qui sont essentiellement conduits en partenariat avec une autre entreprise.